L'immobilier dans le le nord Isère
30 sept

Après l’achat de votre appartement à La Verpillière, pourquoi siéger au conseil syndical ?

M

Vous avez acheté l’appartement de vos rêves à La Verpillière ? Félicitations, vous voilà donc désormais copropriétaire. Vous avez maintenant votre mot à dire sur les décisions qui concernent l’immeuble dans lequel vous vivez. Mais au fait, comment ça fonctionne ? Comment ça marche une copropriété ? Suivez le guide.
Dans un immeuble, tous les copropriétaires forment automatiquement le syndicat de la copropriété. Celui-ci a pour principale mission de veiller à la conservation et à l’administration de l’immeuble.

Dans ce cadre, il décide notamment :
• du budget prévisionnel annuel,
• des travaux nécessaires au sein de la copropriété,
• des actes d’acquisition ou de vente pour le compte de la copropriété,
• de la souscription d’un prêt bancaire collectif,
• du changement de syndic,
• des modifications éventuelles au règlement de copropriété.
Les décisions du syndicat doivent être :
• prises en assemblée générale des copropriétaires au cours d’un vote,
• et exécutées par le syndic de copropriété.
Par ailleurs, chaque copropriété à La Verpillière est dotée d’un conseil syndical. Il est composé de membres élus par le syndicat de copropriétaires, réunis en assemblée générale. Il représente les copropriétaires et coordonne les relations entre le syndic et les copropriétaires et assure une mission de contrôle du syndic. À tout moment, il peut demander au syndic d’avoir accès aux factures, aux documents concernant la copropriété, aux registres et il peut en exiger des copies. Il passe donc au crible :
• la comptabilité du syndicat,
• la répartition des dépenses,
• les conditions dans lesquelles sont passés et exécutés les marchés et tous autres contrats,
• ainsi que l’élaboration du budget prévisionnel dont il suit l’exécution.
Qui peut siéger ?
Chaque copropriétaire peut en faire partie. Chacun des membres du conseil syndical peut voir sa responsabilité personnelle engagée dans l’exécution de sa mission, par exemple pour :
• défaut de contrôle de la gestion du syndic,
• dépenses illégales,
• entente frauduleuse avec un prestataire …

Il est donc recommandé à chacun des membres d’être couvert par une assurance responsabilité civile.

C.V. / Bazikpress © Roman King

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée