L'immobilier dans le le nord Isère
26 déc

Si vous quittez votre appartement en location à Saint-Quentin-Fallavier, n’empêchez pas le propriétaire de le faire visiter !

123©-victor-zastolskiy-copy

Lorsque l’on choisit de rendre un logement, on ne peut évidemment pas s’y prendre n’importe comment : il faut en informer le propriétaire dans les délais (avec un courrier recommandé avec accusé de réception), payer son loyer jusqu’au bout, résilier ses contrats d’énergie et de téléphonie, nettoyer le logement afin de le rendre propre et en bon état à son propriétaire, mais il faut aussi avoir la courtoisie de laisser son bailleur organiser des visites afin qu’il puisse le relouer rapidement ! Vous vous apprêtez à quitter l’appartement que vous occupez en location à Saint-Quentin-Fallavier ? Si votre propriétaire vous demande l’autorisation de passer avec un candidat à la location, ouvrez-lui la porte !

La loi prévoit qu’un bailleur peut faire visiter au maximum deux heures par jour ouvrable son logement. Bien sûr, si le locataire s’y oppose, il ne peut rien faire. Il n’a en aucun cas le droit de pénétrer dans le logement sans autorisation et en l’absence du locataire. S’il le fait, il s’expose à des poursuites et à de lourdes sanctions. Le locataire peut en effet porter plainte pour violation de domicile. Et la loi est stricte : le propriétaire encourt 1 an de prison et 15 000 € d’amende !

C’est pourquoi si vous n’êtes pas trop conciliant avec votre propriétaire alors que vous avez décidé de quitter son appartement en location à Saint-Quentin-Fallavier, celui-ci est coincé. Et pourquoi est-ce si ennuyeux ? Il en va de la rentabilité locative de son investissement locatif. Pour le réaliser, il a sûrement contracté un prêt immobilier qu’il doit rembourser tous les mois. Il a donc besoin du versement du loyer pour couvrir une partie de la mensualité à régler. Si son logement reste sans locataire durant 4 mois, il devra puiser dans ses économies, voire dans son budget mensuel. On vous laisse imaginer à quel point cela fragilisera sa situation.

C.V. / Bazikpress © victor zastol’skiy

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée